C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Un jour avec le Collège international de Noisy-Le-Grand (93)

25 / 09 / 2015
Sérénité et innovations à tous les étages !

Le collège international de Noisy-le-Grand est le seul établissement en France qui accueille des élèves sur dossier à la suite d’une commission de validation. Les élèves venus de toute l’académie y apprennent l’américain, le brésilien, le chinois et l’arabe. Son architecture moderne accompagne une colline dont les pentes s’étagent en jardin pour finir par un plan d’eau. Invitation à la rêverie, à la promenade entre deux cours... L’attention des architectes accordée à l’environnement prédisposera-t-il les élèves à s’approprier leur lieu d’étude comme un "chez eux" ? On le leur souhaite. C’est déjà ce qui transparaît de l’établissement qui abrite en plus un internat lorsqu’on le visite. L’atmosphère perçue de manière générale dans les couloirs, dans la cour ou à la cantine témoigne de l’adoption du lieux par les acteurs qui le fréquentent. Pourrait-on y concrétiser l’expérience d’Aristote enseignant en marchant, déambulant avec ses disciples ? Le lieu s’y prêterait. Même s’il ne fait pas tout, reconnaissons que nous sommes là dans des locaux beaux et fonctionnels qui semblent satisfaire tout le monde.

Les équipes pédagogiques - vie scolaire, l’administration et l’équipe des agents montrent par leur travail et leurs projets originaux « qu’il est possible de faire différemment pour faire mieux » selon les propos du principal Joël Guignolet au pilotage de l’établissement. Mots exagérés, propos de communication ? Vous êtes en droit de vous interroger mais quelque chose de rare et de précieux nous est apparu immédiatement dans le fonctionnement de cet établissement, une mystérieuse alchimie qu’on voudrait extraire pour la faire partager à d’autres établissements.

Le collège international de Noisy-le-Grand, bénéficie du label "collège expérimental" accordé aux établissements où les expérimentations menées concernent toutes les classes de tous les niveaux, tout au long de l’année, selon la terminologie en usage au rectorat. Il en existe cinq autres dans notre académie : les trois microlycées (1 par département), le lycée du Bourget et le collège d’Aubervilliers. Il est aussi qualifié d’établissement "innovant" sur le plan pédagogique et ses expérimentations concernent tous ses personnels et tous ses élèves.

L’établissement a déposé un projet pédagogique qui a été accepté par Béatrice Gille, rectrice et chancelière des universités de l’académie de Créteil. Par ailleurs, il a été classé "collège numérique". Par exemple le poids du cartable en est ainsi considérablement allégé. Les manuels restent à la maison et les collégiens y sont particulièrement sensibles.

Comme l’explique Joël Guignolet, ce collège bénéficie d’une double dynamique, l’une induite par le fait de ne pas répondre à la règle institutionnelle grâce à l’accord de la rectrice Béatrice Gille, l’autre induite par les propositions multiples des équipes pédagogiques qui nourrissent un processus d’innovations au sein du collège qui pourraient être transposables ailleurs. Toutes ces contraintes positives développent chez les enseignants l’envie d’essayer et de se concerter pour réussir ces adaptations.

Le choix des langues enseignées dans le collège, le brésilien, l’américain, le chinois et l’arabe reflètent l’envie de proposer des ouvertures nouvelles. L’absence de condition préalable pour y intégrer une section internationale constitue la "vraie" nouveauté. Les familles établissent une demande examinée ensuite en commission. Le public scolaire en provenance de toute l’académie est source de dynamisme.

Se lancer l’an dernier dans une expérience globale tout à fait inédite par son ampleur a été une difficulté visiblement surmontée. Les pratiques expérimentées n’étaient pas totalement nouvelles : classes inversée, co-enseignement, l’évaluation positive par compétences, travail transdisciplinaire, conseil de classe autrement. La difficulté fut de mettre en synergie toutes ces expériences et de les généraliser à l’ensemble des personnels de l’établissement pour les appliquer à l’ensemble des élèves.
Joël Guignolet précise : « nous pratiquons "la classe sans note" de la 6e à la 3e. En fait, l’expérimentation n’est pas l’exception mais son application à tout le collège, l’est. Elle s’applique à tous les élèves, comme à tous les professeurs et tous les parents. »

Aux élèves, en particulier à ceux qui avaient les années précédentes de bonnes notes, il a fallu expliquer qu’on n’allait plus les utiliser et qu’ils seraient évalués mais autrement. Un travail de communication avec eux et avec les familles a permis de légitimer les classes sans notes d’autant plus faciles à justifier qu’elles s’appliquent à tous dans l’établissement.

La bienveillance à l’égard des élèves s’exprime aussi au sein de nombreux ateliers où les collégiens peuvent s’investir pleinement et valider des compétences qu’ils n’ont pas l’occasion de mettre en œuvre dans d’autres situations. L’accès des parents et des élèves grâce au numérique à un certains éléments de la vie de l’établissement contribuent à apaiser le climat scolaire. L’ensemble des projets pédagogiques sont construits autour de cette idée force qui donne ensuite du sens à ce qui est fait en classe et en dehors car elle est partagée comme une valeur commune dans les pratiques professionnelles.

Le collège international expérimental qui n’a qu’une année d’existence, poursuit ses remises en question, cherche à développer ses projets innovants, à les améliorer .

Sur le conseil de classe, géré autrement, avec un bulletin différent, l’équipe est en recherche de solutions estimant que l’expérimentation de l’an dernier ne donne pas pleinement satisfaction même si chaque trimestre a apporté son lot d’améliorations pour inventer de nouvelles façons de transmettre à l’élève et aux familles le bulletin et impliquer davantage l’élève dans une auto-évaluation de son travail.

Au premier trimestre, les conseils de classe se sont déroulés normalement sans changement. Au deuxième trimestre, les élèves ont été invités au conseil de classe à inscrire une évaluation faite par eux-mêmes dans le bulletin et à en discuter. Cela ne nous convenait toujours pas. L’équipe a sollicité des collègues d’autres établissements qui expérimentaient de nouvelles formes de conseils de classe. Ces réunions de concertation ont nourri les expériences respectives. Au final, le conseil de classe du collège pourrait conserver l’idée d’une réunion où le tour de table où chaque collègue s’exprime sur sa vision de la classe serait conservé sans l’étude des cas par cas qui suit habituellement. Ce gain de temps sera utilisé par le professeur principal, aidé de quelques professeurs pour recevoir les familles et les élèves afin de leur remettre le bulletin.

Au collège international de Noisy-le-Grand, la concertation entre les équipes et le dialogue sont permanents. " La responsabilisation " des élèves au cœur du projet pédagogique conduit à une logique de dialogue "naturel". L’emploi du temps de tous les enseignants prévoit des heures de concertation le vendredi après-midi. En ce début d’année, les professeurs ont proposé la création de plusieurs ateliers de remédiation et de découverte où le travail pédagogique transdisciplinaire est intégré.

Le travail en équipe au cœur des textes officiels et la mutualisation des pratiques pédagogiques des enseignants se font en groupe, naturellement, sans modèle institué durant la plage horaire de concertation. Un simple paperboard avec un ordre du jour commun, puis un temps d’ateliers par petits groupes au même endroit permet à tous de se connaître et d’échanger en dehors des questions strictement disciplinaires.

Cette année, 75 % des collègues sont nouveaux. Rien ne le laisse percevoir en réunion de concertation.

Ce goût partagé de l’innovation et du travail en équipe fait école auprès des élèves. Un jour, l’an dernier, l’équipe de professeurs a découvert qu’un élève avec d’autres mettaient en ligne des devoirs, des leçons et même des documents explicatifs. Ces élèves y scannent aussi des cours à disposition de tous à la suite de la création par l’un d’entre eux d’un site internet pour venir en aide à ses camarades.

Apprendre aux autres n’est pas réservé aux seuls enseignants au collège international, l’atelier cuisine animé par le cuisinier et des enseignants a remporté l’an dernier un franc succès. Un atelier de jardinage en lien avec l’enseignement des questions de développement durable est en projet. il sera animé par l’ouvrier professionnel de l’établissement, un professeur de SVT et un professeur de technologie.

Les incivilités ont été peu nombreuses l’an dernier si bien que l’établissement se lance dans un nouveau projet : "Zéro punition- Zéro sanction". Un défi qu’il risque de relever avec cette pratique naturelle du dialogue et de la concertation.

On ne manque visiblement pas d’idées au collège international ni d’énergie pour les mettre en œuvre.

Pour mieux vous faire découvrir l’établissement et son fonctionnement, la CARDIE a posé ses caméras pour recueillir des témoignages mais aussi pour vous faire vivre une journée au collège, presque comme si vous y étiez


Le collège en trois mots :


En arrivant dans le collège :


Le témoignage du chef d’établissement :


Le témoignage des professeurs :


Le témoignage des CPE :


Le témoignage des élèves :


Le témoignage d’un parent d’élève :


Les cours :


Les ateliers :


Les clubs autogérés :

© CARDIE Académie de Créteil - Tous droits réservés