C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Retour sur le séminaire CLISE

02 / 04 / 2016

Le 29 janvier 2016, s’est tenu le premier séminaire Classe inversée de l’académie de Créteil, ouvert par la rectrice Béatrice Gille, chancelière des universités : un événement académique par son succès auprès des participants.


Le séminaire « Clise - Classe inversée » du 29 janvier dernier a été un véritable succès. Les participants nombreux ont rempli l’amphithéâtre de Canopé pour écouter en plénière l’Inspectrice générale Mme Bechetti Bizot le matin et Marcel Lebrun l’après-midi, spécialiste reconnu des classes inversées, auteur du livre récent Les Classes inversées - Enseigner et apprendre à l’endroit, sur lequel la CARDIE vous propose la lecture d’un compte-rendu sur son site. Les différents ateliers disséminés sur les plateformes ou dans la grande salle de la bibliothèque ont accolé à l’ensemble de la journée l’image d’une ruche au travail. L’échange était de mise entre acteurs plutôt déjà initiés aux stratégies des classes inversées. 

La nécessité de faire face à de nouveaux défis, publics hétérogènes, démotivation et ennui des élèves, absentéisme, décrochage scolaire, à laquelle s’ajoute le frein du cloisonnement des disciplines enseignées et l’enfermement de certains enseignants dans leurs pratiques professionnelles a conduit Philippe Roederer, DANE de l’académie de Créteil a organisé un séminaire qui réunisse innovation pédagogique et numérique. L’opération organisée en partenariat avec la CARDIE, l’Espé et Canopé a rassemblé près de 130 personnes.

La grande diversité des Clise a pu être pointée en ateliers ou la thématique a été déclinée : Clise et évaluation, Clise et travail en équipe …
L’enseignant même s’il change de posture en classe inversée reste dans le secondaire celui qui apprend les méthodes de travail, celui qui évalue et celui qui reste garant des connaissances. On est loin de toute la variété des clises déjà mises en oeuvre dans l’enseignement supérieur où on est davantage dans un rapport de pairs entre enseignant et apprenant à la recherche d’un savoir coconstruit. Ces évolutions sont cependant très encourageantes dans le secondaire où elles sont plutôt bien accueillies.

C’est par étapes que la pratique de la classe inversée essaime. Les élèves devraient être les grands gagnants du développement des classes inversées dans l’académie de Créteil et ailleurs car elles permettent d’encadrer leur autonomie, en accord avec l’esprit des réformes actuelles. 

Surtout elles initient d’autres questionnements alimentant la roue de l’innovation pédagogique.

Tous droits réservés – CARDIE Académie de Créteil - 2016
Publication : 31 mars 2016