C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Journée Académique CARDIE

04 / 05 / 2017
Pourquoi faut-il être ambitieux pour nos élèves ?

La journée académique de la CARDIE de Créteil, s’est tenue le mercredi 26 avril 2017 à l’université centre de Créteil. Consacrée à l’ambition, cette matinée a été rythmée par les témoignages d’équipes qui montrent qu’un engagement promouvant l’équité et garantissant à chacun la possibilité de développer ses talents, est un enjeu fondamental de notre système éducatif et une attention particulière de notre académie de Créteil.
L’ambition scolaire, au même titre que la bienveillance exigeante, le sens de l’école, la place des élèves et des familles sont autant de problématiques qui nourrissent la réflexion sur nos pratiques et fondent cette posture innovante, construite sur nos valeurs et nourrie par nos convictions.

La matinée qui s’est déroulée autour de cette thématique, a permis aux équipes présentes de montrer comment à partir de projets tels que « Ma classe, mon collège », « Philo en classe relais »au collège Chevreul de l’Haÿ les Roses, « Semestre gagnant » au lycée professionnel Samuel de Champlain de Chennevière , chacun et chacune faisait le pari de la réussite de tous. A travers « Les brevets de progrès » de l’école maternelle de la Madeleine de Tournan en Brie, « La classe sans note » du collège Issaurat de Créteil, « La seconde d’explicitation » et « Les capsules » du lycée professionnel Jacques Brel de La Courneuve, les équipes mobilisées nous ont montré qu’expliciter les apprentissages et les enseignements, pour les élèves, pour les parents, pour les enseignants permettait à la fois de motiver tous les acteurs, mais aussi de lever les malentendus, de donner du sens et un sens à la chose scolaire. Le troisième groupe d’équipes s’est penché sur la question de l’accueil et du plaisir d’apprendre. En nous présentant « la semaine d’intégration » du lycée professionnel Madeleine Vionnet de Bondy, « Vivre ensemble au lycée » du lycée professionnel Olympe de Gouges de Noisy le Sec, « Escape game » du lycée professionnel Armand Guillaumin d’Orly, les équipes témoignent de l’intelligence de tous les élèves, de leur éducabilité, de leurs talents, postulant ainsi que c’est à l’école de leur permettre d’exprimer leurs capacités et de construire la confiance, l’estime et la conviction nécessaire à la construction de leurs avenirs. Enfin, l’engagement de chacune des équipes a été illustré à travers les projets « Maîtrisons la langue » du collège et de la circonscription d’Orly, « Rien n’est jamais perdu » des trois micros lycées de l’académie, « Faire vivre le cycle 3 » du collège Lucie Aubrac et de la circonscription de Villetaneuse et « Etablissement formateur » du lycée professionnel Germaine Tillon du Bourget.
Toutes ces équipes ont ainsi témoigné de la vitalité de leurs établissements. Leurs engagements et leurs initiatives sont exemplaires à bien des égards. En pariant sur la réussite de toutes et tous, en explicitant pour initier, en partageant et motivant, elles accueillent, donnent et redonnent le plaisir d’apprendre, elles font équipe pour porter collectivement les défis de l’école d’aujourd’hui et de demain. Mais surtout, elles montrent que c’est possible, que rien n’est jamais joué d’avance et que cet engagement est non seulement efficace et bénéfique mais surtout qu’il est enthousiasmant et optimiste.

Ces témoignages ont pris une dimension explicative lorsque Philippe Goémé responsable de formation à l’Observatoire Universitaire International Education et Prévention (OUIEP) et chargé de mission par le département de l’innovation du ministère et Séverine Chauvel co-directrice de l’OUIEP ont apporté un regard d’expert et de chercheur sur les postures présentées par les établissements. Nos territoires d’exercices cumulent les difficultés socio-économiques et sont donc plus exigeants en terme de posture et d’engagement. Conserver cette posture d’exigence ambitieuse est un moyen de lutter contre les déterminismes latents. Les problématiques liées au climat scolaire sont donc des leviers sur lesquels nous pouvons collectivement réfléchir pour organiser le système éducatif et garantir l’excellence des pratiques professionnelles. Ainsi, promouvoir les pratiques d’ouverture et de partenariat, associer les parents dans la mise en œuvre d’une co-éducation accueillante, garantir la justice scolaire par la mise en œuvre de pédagogies coopératives, prévenir la violence, s’attacher à développer une qualité de vie scolaire propice aux apprentissages et enfin construire des stratégies d’équipe pour accroître la cohérence sont autant de conditions pour permettre à chacun et à chacune d’être acteur dans son établissement : acteur du changement, acteur des conditions d’accueil, acteur de ses enseignements et de ses apprentissages, acteurs d’aujourd’hui et de demain.

La conclusion de cette matinée est revenue à Alain Pothet IA-IPR-SVT, mission Education Prioritaire et grand témoin pour l’occasion, qui a rappelé que tous les efforts, toutes les idées, toutes les forces investies participaient à façonner une école ambitieuse, bienveillante et exigeante soucieuse de répondre aux contraintes sociétales et institutionnelles pour construire une communauté où chacun et chacune pourra s’épanouir.

La carte mentale d’Alain Pothet :

Retrouvez également le Prezi de la journée

Cardie Créteil - Tous droits réservés - 26 avril 2017