C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Les LéA de l’académie de Créteil

21 / 01 / 2019

Les LéA de l’académie de Créteil

Lors des rencontres des Lieux d’éducation Associés de l’académie de Créteil avec Monsieur le Recteur, l’idée de faire se rencontrer les collectifs des LéA est née. La Cellule Académique Recherche Développement Innovation Expérimentation a proposé la création d’un groupe de travail académique qui soit un espace de discussion et d’échange des différents acteurs des LéA qui sont sur le territoire de l’académie. A la rentrée 2018, nous en dénombrons cinq.

Présentation des LéA de l’académie

Le LéA Vidéoform, représenté par Mélanie Ory, professeure de Lettres au collège Garcia Lorca, a inscrit son champ d’action dans un contexte de renouvellement important et régulier de l’équipe pédagogique. Les travaux collectifs se sont donc centrés sur l’accueil des nouveaux personnels au sein du collège.
En amont du Léa Vidéoform, plusieurs collaborations avec des chercheurs, notamment avec Luc Ria et Patrick Rayou, ont montré que la confrontation entre le travailleur et son activité peut permettre des transformations personnelles à plus ou moins long terme et plus ou moins profonde du rapport au métier. Accompagné par Luc Ria depuis 5 ans, le collectif enseignant a donc mis en œuvre un dispositif visant le développement professionnel individuel et collectif à partir d’un scénario d’analyse de l’activité, basée sur la vidéo :

L’analyse des vidéos suit une démarche qui met en exergue le prescrit de l’activité, ce que l’acteur attend, ce qu’il opère réellement et l’écart entre ces différents axes. Ce dispositif formatif, interne à l’établissement, nourrit la collégialité et la réflexivité des enseignants.

Actuellement, le LéA Vidéoform est le LéA le plus ancien et réalise sa dernière année d’existence.

Pour aller plus loin : http://ife.ens-lyon.fr/lea/le-reseau/les-differents-lea/college-garcia-lorca-videoform

Le LéA LALOCAL est à sa cinquième année d’existence. Il concerne environ quinze enseignants, dont Alberto AHUMADA et quatre à cinq chercheurs,, notamment Brigitte GRUGEON-ALLYS et Julia PILET, du Laboratoire de Didactique des mathématiques André Revuz (Université Paris Diderot). Ce LéA a débuté par un premier projet collaboratif entre enseignants et chercheurs autour des apprentissages du calcul, puis un deuxième projet a été lancé à partir de 2017 sur les notions-clés en algèbre.

La problématique de ce LéA porte sur la question de la régulation de l’enseignement au service des apprentissages des élèves, notamment sur les interactions en classe. L’enjeu est de mieux prendre en compte les besoins spécifiques des élèves et de les amener à comprendre l’écart entre la production et l’attendu, en développant une prise de conscience, dans les temps de mise en commun, de la nature des raisonnements et de l’argumentation mathématique mises en jeu pour formuler et valider des propositions mathématiques. Ce nouveau questionnement rencontre alors la problématique du langage pour les apprentissages, mais aussi du langage permettant de développer collectivement un dialogue sur les pratiques enseignantes des différents niveaux scolaires.

Projet 1 : évaluation des apprentissages sur le calcul

Ce projet s’est intéressé aux pratiques d’évaluation. Puis, en collaboration avec les professeurs de mathématiques de collège, la passation d’évaluations standardisées vise à permettre de prendre en compte les besoins des élèves par la planification des enseignements. Les séquences didactiques sont conçues à partir des résultats aux évaluations dans un principe collaboratif enseignant/chercheur. A la fin de la séquence, de nouvelles évaluations sont proposées aux élèves et renvoient de nouveau à un travail de conception de séquences.

Projet 2 : résolution de problèmes numériques en fin de cycle 3 et notion de fonction en fin de cycle 4

Ce projet porte sur les conditions didactiques favorisant la continuité des apprentissages dans les transitions école-collège et collège-lycée, notamment sur le discours mathématique, les interactions langagières, le processus d’institutionnalisation et l’évaluation-régulation de l’enseignement. Des séances de classe sont filmées, retranscrites en verbatim, les gestes professionnels ainsi que les interactions langagières sont analysés.

Pour aller plus loin : http://ife.ens-lyon.fr/lea/le-reseau/les-differents-lea/reseau-de-colleges-martin-du-gard

Le LéA ControverSES a la particularité de réunir des établissements sur quatre académies : Lille, Grenoble, Versailles et Créteil. Il implique environ une vingtaine de professeurs de sciences économiques et sociales et 400 élèves de lycée.

Enjeux et problématique – L’utilisation des représentations des élèves, ainsi que leurs questionnements, l’importance accordée à la confrontation des idées constituent des outils privilégiés pour les enseignants. Le recours à cette mise en activité des élèves se trouve néanmoins questionné par des recherches soulignant le risque de pédagogie invisible et d’inégalités d’apprentissage. Ces pratiques sont alors confrontées à trois enjeux : celui de la transposition didactique des résultats et des démarches de recherche académiques, elles-mêmes traversées par des controverses paradigmatiques, celui de la distinction entre une opinion et un argument et celui de la confrontation en classe à des questions socialement vives.

La problématique étudiée est donc la suivante : comment utiliser des temps de confrontation d’idées afin de développer les compétences de problématisation, de conceptualisation et d’argumentation de tous les élèves ?

Descriptif de la démarche :
Les professeurs ont choisi une question vive propice au débat : « le diplôme : un passeport pour l’emploi ? ».

Le projet s’articule en plusieurs étapes, développées sur trois ans :
→ expérimentation d’un cours de sciences économiques et sociales en classe de seconde
→ rédaction d’un questionnaire visant à relever les représentations des élèves
→ passation du questionnaire auprès des 400 élèves
→ travail sur le questionnaire
→ traitement des données
→ poursuite du travail sur le questionnaire et ses réponses
→ enregistrement de cours avec retranscription en verbatim

Pour aller plus loin : http://ife.ens-lyon.fr/lea/le-reseau/les-differents-lea/controverses-creteil-grenoble-lille

Le projet EvalNumC2 vise à étudier les connaissances numériques des élèves de cycle 2 (numération, calcul et résolution de problèmes arithmétiques). L’objectif est de considérer à la fois des questions d’évaluation et d’enseignement selon trois axes complémentaires qui sont au cœur de la recherche collaborative : les usages d’une ressource pour enseigner, les pratiques évaluatives des enseignants et la polyvalence dans les différents moments d’évaluation.

Il vise également le développement professionnel des enseignants relativement à l’évaluation de leurs élèves à travers l’appropriation d’outils et de ressources spécifiques, la conception d’évaluations communes et l’intégration d’évaluations externes au service des apprentissages numériques d’élèves en REP+.

Pour aller plus loin : http://ife.ens-lyon.fr/lea/le-reseau/les-differents-lea/circonscription-montreuil-1

Le LéA ELIB est le plus récent de l’académie. Il est implanté au sein du lycée Germaine Tillon, inscrit dans une démarche d’innovation. Il a la particularité de réunir en son sein des filières générales et technologiques ainsi qu’un microlycée. L’équipe de recherche est composée de Philippe GOEME, Louise LOGEART, Benjamin MOIGNARD et Xavier PONS.

Ce LéA vise à questionner la collégialité dans ce contexte innovant. Pour cela, trois axes seront observés :
→ l’engagement des personnes : au moyen d’entretien, l’équipe de recherche s’intéressera aux parcours, au développement professionnel, et comment passe-t-on de « professeur de lycée » à « professeur du lycée du Bourget »
→ les modalités de mise en œuvre de la collégialité, avec un focus sur les prises de décision, et une attention sur ce qui consolide l’existant et ce qui génère des transformations.
→ l’alliance entre innovation et le cadre général qui relève de l’ordinaire d’un lycée, mais également d’un contexte de réforme.

Pour aller plus loin : http://ife.ens-lyon.fr/lea/le-reseau/les-differents-lea/lycee-innovant-germain-tillion-le-bourget