C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Des ressources proposées par l’AECSE

17 / 06 / 2020

Vous trouverez dans cet articles des publications universitaires dans le domaine dela pédagogie, proposées par l’Association des enseignant·e·s et chercheur·e·s en sciences de l’éducation.

*

Michel Fabre et Céline Chauvigné, dir. (2020). L’éducation et les Lumières. Enjeux philosophiques et didactiques contemporains, Éditions Raison & Passions.

Quel peut-être aujourd’hui notre rapport aux Lumières, nous autres éducateurs ? Quels repères intellectuels pouvons-nous trouver dans cette tradition critique et qui pourraient féconder notre pensée et notre action ?
L’ambition de ce travail, issu du séminaire « Questions Socialement Vives et Valeurs en Éducation » du Centre de Recherche en Éducation de Nantes (CREN), est de croiser des perspectives philosophiques, sociologiques, pédagogiques et didactiques sur cette question de l’héritage des Lumières et de ses enjeux pour l’éducation en général et l’école en particulier.

*

Ghislain Leroy (2020). L’école maternelle de la performance enfantine, Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford : Peter Lang.

Préface d’Éric Plaisance :
Que cherche-t-on à faire des enfants dans l’école maternelle d’aujourd’hui ? Quelles sont les caractéristiques actuelles de cette instance de socialisation ? En posant ces questions, Ghislain Leroy fait le choix original de reprendre le questionnement des sociologues pionniers de l’école maternelle (Dannepond, Plaisance, Chamboredon et Prévot) pour l’appliquer à l’époque contemporaine. Après avoir visé les connaissances, l’effort et l’application (années 1950), puis l’expressivité enfantine (années 1960-1970), l’école maternelle serait aujourd’hui régie par une recherche de performance. Les nouvelles politiques publiques (new public management) ont entraîné un profond remaniement des programmes et de la professionnalité des professeur(e)s des écoles. Ces nouvelles exigences de rentabilité scolaire ont modifié les pratiques et choix pédagogiques ordinaires. Elles ont donné naissance à de nouvelles exigences disciplinaires, cognitives, émotionnelles et de maîtrise corporelle. Elles sont autant de déclinaisons d’un nouvel idéal : l’enfant performant car hautement autonome et responsable de lui-même. Articulant les sociologies de l’enfance et des enfants à la sociologie des inégalités socio-scolaires, l’auteur montre aussi combien ces nouvelles attentes s’avèrent défavorables aux enfants de milieu populaire. Elles présupposent des comportements qu’ils n’ont pas appris dans leur milieu d’origine. Ils sont les outsiders de cette temporalité de l’urgence. L’étude se clôt par une analyse du succès récent de la pédagogie Montessori en maternelle, qui ne paraît pas remettre en cause ces définitions de l’enfance actuellement dominantes, bien au contraire.

Ghislain Leroy est Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Rennes II - Laboratoire CREAD.