C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Le théâtre pour retrouver le chemin de l’école

03 / 12 / 2014
Retour sur l’expérience artistique 2013-2014 du microlycée 94 de Jean Macé, à Vitry-sur-Seine

« Écrire, mettre en scène et jouer une création théâtrale collective intergénérationnelle dans le cadre d’une résidence d’auteur. » tel est le nom du projet intergénérationnel qui a transformé le rapport à l’autre et à l’enseignement d’un groupe de jeunes décrocheurs.

L’équipe éducative du microlycée a créé ce projet sur mesure avec des professionnels du théâtre au cours de l’année 2013-2014. Treize élèves de seconde se sont alors lancés dans l’écriture et la mise en scène d’une pièce de théâtre sur le thème de la quête des origines et la migration « main dans la main » avec des anciens du Foyer-résidences de Vitry-Sur-Seine.

Le projet artistique a donné pleinement confiance aux jeunes gens. La rencontre de personnes d’un autre âge, ayant eux aussi connu, comme eux, des aléas dans la vie a été pour tous une expérience formatrice et enrichissante sur le plan personnel.

Pour François, élève de 2nde du micro-lycée de Jean Macé de Vitry (94) : « pouvoir écrire notre propre pièce de théâtre est une expérience bien plus enrichissante que de jouer une pièce déjà écrite. Le fait de bénéficier des conseils d’un écrivain et de ceux d’une metteur(e) en scène pour adapter notre texte au théâtre a été un grand privilège. Surtout, le fait d’avoir travaillé avec des personnes du 3e âge a été une grande chance …Ils ont l’expérience d’une vie remplie et peuvent intégrer des éléments dans l’histoire. Ce projet a réuni des générations totalement opposées. La représentation théâtrale et le film montrent le travail qui a résulté d’une telle rencontre. »

Des liens d’amitiés et de respect sont nés. Jeunes et plus âgés ont écrit ensemble en atelier d’écriture, ont vérifié avec les professeurs si le texte écrit était jouable lors de lectures à haute voix. L’écrivain, Hugo Paviot, en résidence cette année-là au microlycée 94 et la metteur(e) en scène, Youlia Zimina ont donné corps à ce projet artistique original. En termes d’apprentissage, les élèves ont été tour à tour : rédacteurs du texte, acteurs du passage du texte théâtral à la scène, comédiens devant un public de 120 personnes à la Gare au théâtre de Vitry-sur-Seine. Enfin, les lycéens ont été les spectateurs de leur aventure filmée par le regard externe d’une réalisatrice. Grâce à ce projet, ils ont appréhendé l’écriture, le théâtre, ont assisté à de nombreux spectacles et ont été placés au cœur d’un tournage.

Tout au long de l’année 2013-2014 ces élèves de seconde pour lesquels il faut habituellement une forte motivation pour se rendre sur les bancs de l’école de septembre à juin, d’autant qu’il n’y a pas d’examen cette année-là en fin d’année, sont venus très régulièrement au microlycée : un point extrêmement positif pour leurs enseignants.

Mercredi 8 octobre 2014, le microlycée du 94 présentait le film In Extremis de Colette Ouanounou retraçant le déroulé de cet ambitieux projet au cinéma Trois Cinés-Robespierre, à Vitry-sur-Seine.
Le film (1heure) donne une excellente vue d’ensemble du projet. Il donne une vision sensible de l’ambiance de cette structure scolaire bienveillante envers ses élèves. Chacun s’y livre avec franchise, l’écrivain, les élèves, le metteur en scène, les deux enseignantes qui ont porté ce projet. Leurs témoignages sont recueillis au fil des mois. Les répétitions, les exercices, les moments de création sont saisis avec justesse. Les jeunes se sont projetés en personnes âgées et témoignent de leur réflexion personnelle. Les images montrent que tous ont compris que chaque voix avait son importance. Scène de bal de Noël au foyer des personnes âgées, rap endiablé dans la chambre d’un jeune du microlycée, réflexions partagées sur la recherche des origines, scène de travail et d’écriture surtout. Tout passe par les mots : écrits, dis, parlés, chantés, joués. In extremis montre le chemin parcouru par les jeunes décrocheurs. Par cette expérience, ils ont fait la démonstration de leur ancrage profond dans la vie avec générosité, ce dont ils n’avaient pas forcément conscience au départ.

La projection du film concluait une aventure de rencontres, de culture et de construction de soi. L’école du microlycée, patience, innovation et bienveillance étaient à nouveau récompensées par les applaudissements des jeunes, de leurs professeurs, des anciens du foyer des personnes âgées de Vitry et des spectateurs anonymes, à la fin de la projection du film.

Laissons le mot de la fin à René qui vit au foyer : « Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour voir l’intérêt de ce projet, qui en dehors de l’élaboration d’une pièce de théâtre, fait se rencontrer deux générations qui ont de la distance, l’une avec sa spontanéité, sa fraicheur, l’autre avec son expérience de la vie et sa réflexion ? L’une apporte sa gaité, l’autre sa sagesse. Finalement ensemble nous apprenons tout le bâti d’une pièce qui est une totale découverte car nous n’avions jamais pensé que cela se faisait ainsi, comme quoi à tous âges, nous avons besoin de leçons, le mélange des générations en étant la première, tirée d’un vieux dicton : « De la discussion jaillit la lumière. »

Pour en savoir plus

-  Site internet du microlycée 94
http://www.microlycee94.org/

-  Le site internet du projet « Écrire, mettre en scène et jouer une création théâtrale collective intergénérationnelle dans le cadre d’une résidence d’auteur. » http://uneanneetheatraleaumicrolycee.hautetfort.com/

-  Pour consulter le DVD In extremis, s’adresser au microlycée 94

-  Le décrochage scolaire sur Éduscol :

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire http://www.education.gouv.fr/cid84031/tous-mobilises-pour-vaincre-decrochage-scolaire.html#Dossier_de%20pr%C3%83%C2%A9sentation

Remédiation du décrochage scolaire
http://www.education.gouv.fr/cid84031/tous-mobilises-pour-vaincre-decrochage-scolaire.html#Dossier_de%20pr%C3%83%C2%A9sentation

 
Dernière mise à jour :
12 / 01 / 2017
Directeur de publication :
Catherine Ferrier