C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Zéro sanction/ Zéro punition : ça marche !

10 / 02 / 2016
Collège international de Noisy-Le-Grand

Le collège international de Noisy-Le-Grand, confiant dans la bonne conduite de ses élèves après une année d’ouverture au public, a décidé d’adopter pour sa deuxième année un programme osé de discipline interne. L’équipe éducative a choisi de mettre en place à l’échelle entière du collège, un programme audacieux : "Zéro sanction, zéro punition". La gestion des retards, absences, sanctions (pour mauvaise conduite, dégradation) occupe dans n’importe quel établissement une bonne part du travail de l’équipe éducative. Comment ont-il fait ?

Dans ce collège, établissement unique ans notre académie, tourné vers les langues et l’international (inauguré en septembre 2014), le projet d’établissement cherche à "renforcer la politique culturelle et linguistique par une dynamique de réseau coopératif."

Sur les 16 divisions que compte le collège, soient 380 élèves, au mois de janvier, au mi-temps de l’année, l’équipe de la Vie scolaire n’avait donné que 4 travaux d’intérêt généraux et un jour d’exclusion en interne et aucune retenue.

Les enseignants ont adhéré au projet, les élèves aussi. il s’agit d’un objectif à atteindre, le projet étant en plein accord avec la circulaire punition /sanction. L’important était de fixer en début d’année, un protocole et un objectif à respecter. Les élèves ont été assez sensibles à la mise en place de ce dispositif interne et en sont visiblement satisfaits dans la mesure où ce dernier n’a pas été remis en cause. « L’intégration de nouvelles procédures s’est faite en douceur "naturellement" pourrait-on dire », comme nous l’explique Joël Guignolet, principal du collège.

Le dispositif est en plein accord avec le dialogue élèves /parents/ école que l’équipe éducative développe dans cet établissement. Avant toute sanction, ou retenue, le personnel de la vie scolaire entame avec l’intéressé un dialogue avec l’élève et la famille. Les enseignants sont ainsi déchargés de ces démarches à l’exception du professeur principal (PP) qui participe à ces rencontres.

"Comment ça marche ?"

Le protocole punition/sanction que l’équipe éducative a élaboré, intègre quelques principes qui favorisent la recherche de solution.
Les enseignants ont intégré qu’il n’y a pas de principe de "double"peine" : pas d’exclusion de cours sans mise en danger des biens et des personnes. Donc on ne renvoie pas un élève parce qu’il n’a pas ses affaires ou parce qu’il bavarde.
Mots dans le carnet de liaison et demandes de rencontre avec les familles sont donc systématiques avant toute prise de sanction. Essayer de temporiser les esprits et surtout attendre la fin du cours pour régler les conflits ou les désaccords. Les rappels d’usage à l’intention des enseignants gardent toute leur importance : "crier perd tout impact lorsque c’est trop souvent", "en fin de cours se placer dans l’encadrement de la porte pour surveiller les élèves en classes et hors-de-classe", "respecter les horaires".

Le protocole ajoute ce qui apparaîtra pour une évidence à la très grande majorité des équipes éducatives :

Ne pas insulter les élèves ;
Ne pas tenir de propos dégradants ;
Ne pas porter la main sur les élèves ;
Ne pas mettre "au coin" ;
Ne pas mettre à la porte, même temporairement.

En deux mots : être exemplaire.

Dans le cas des problèmes jugés non urgents

Avant toute réponse de l’administration, l’élève est reçu par le conseiller principal d’éducation, le CPE. Le problème, à partir de ce moment, est alors géré dans sa totalité par l’équipe Vie scolaire en liaison avec le professeur principal. Ensuite, le CPE rencontre la famille. « Chaque cas est un cas particulier », insiste Mme Juilllard, CPE au collège international. Il y a un premier dialogue, si l’erreur est répétée, grâce à une graduation établie des manquements au règlement, on explique et on dialogue avec l’élève pour qu’il comprenne son erreur. Alors seulement, la mesure de réparation est formulée.

Dans le cas des problèmes jugés graves mise en danger des biens et des personnes

De même, avant tout envoi de lettre de rappel aux familles ou de notification dans le bulletin scolaire, il est nécessaire que les familles aient rencontré là encore plusieurs fois le CPE et le PP. La chaîne inclut la rédaction d’un rapport. Le CPE est alors en lien continu avec la direction et le professeur principal.
Le CPE procède à l’audition de l’élève, informe les familles, les rencontre. Ensuite, l’équipe respecte un délai de 3 jours où les positions, les arguments contradictoires sont entendus conformément à la circulaire punition - sanction.

« L’innovation au Collège international réside dans l’attention portée au dialogue triangulaire entre l’école, les parents et l’équipe éducative. Au moindre signe de décrochage d’un élève, le CPE et le PP entrent en contact avec l’élève et sa famille. L’essentiel est de développer l’écoute bienveillante et de trouver une solution en interne. Les élèves sont des adolescents en construction à qui nous cherchons à faire comprendre que l’erreur est possible, que l’important est de la comprendre pour ne pas la refaire. Grâce à l’ENT (espace numérique de travail), les équipes de la Vie scolaire peuvent facilement contacter les familles pour un manque de travail constaté ou un problème de conduite et inversement. Nous faisons un réel suivi de l’enfant aussi bien à la maison qu’à l’école. Le fil conducteur de ce dialogue triangulaire est la bienveillance. Nous travaillons beaucoup avec le pôle médico-social pour que la scolarité des enfants se passe au mieux car leur réussite scolaire passe par de bonnes conditions générales. »

Mme Juillard, qui vient d’arriver sur ce poste mais a 15 ans d’expérience
souligne qu’il n’y a eu qu’une dizaine de rapports au 1er semestre de l’année 2015-2016, tous cas confondus : une situation jamais rencontrée dans sa carrière.

« "Zéro sanction/ Zéro punition" est un bel objectif qui n’est possible que parce qu’il y a un travail d’équipe dont les membres vont tous dans la même direction.On ne peut réussir que si on va main dans la main, élèves/école/parents. » (Mme Juilliard)

Pour Joël Guignolet, le principal, l’ambiance en est encore plus sereine. Telle est la conclusion d’un dispositif transférable dans nombre d’établissements où la vie scolaire est normalement mouvementée.

En savoir plus

- Site internet du collège
- Circulaire d’orientation et de préparation de la rentrée 2013
- Rapport de l’Inspection Générale, La place et le rôle des parents dans l’école

Tous droits réservés – CARDIE Académie de Créteil - 2016
Publication 8 février 2016