C.A.R.D.I.E. Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation

Validation des acquis buissonniers : vers une meilleure reconnaissance de l’expérience des professionnels, des étudiants et des élèves, Corinne BAUJARD

09 / 02 / 2021

Cet ouvrage édité aux éditions L’Harmattan s’inscrit dans un projet collectif coordonné par Corinne BAUJARD, professeure des universités de l’équipe Proféor du laboratoire CIREL (EA 4354) de l’université de Lille.

Il résulte de la collaboration d’une vingtaine d’enseignant-e.s-chercheur-e.s. en sciences de l’éducation et de la formation pendant deux années :

Bailleul Michaël, Baeza Carole, Baujard Corinne, Ben-Nejma Adel, Boutard Philippe, Casanova Rémi, Condette Sylvie, Dabo Oumar, Danvers Francis, Diallo Mamadou Aliou, Diaoune Thierno Moussa, De Miribel Julien, Dequiré Anne-Françoise, Didier Christelle, Dissaux David, Dubois Carine, Ferton- Sawadogo Pélagie, Focquenoy-Simonnet Christine, Keita Aboubacar Soty, Léonard Erika, Melin Valérie, Pagoni Maria, Salaün Patrick.

Comment valider les acquis buissonniers des professionnels, des étudiants et des élèves ? L’apprentissage par l’expérience suppose une multitude de savoirs informels et non formels, souvent inconscients. Dès 2002, la validation des acquis de l’expérience (VAE) permet de reconnaître aux adultes des savoirs professionnels, l’expérience personnelle des jeunes qui ne sont ni en formation, ni en éducation, ni en emploi reste encore largement ignorée, voire niée.

La validation des acquis buissonniers (VAB) offre aujourd’hui la possibilité de prendre en compte la diversité de parcours de vie articulés entre l’exclusion et l’intégration. Une fenêtre s’ouvre pour les jeunes afin de résoudre les difficultés qu’ils rencontrent tout en parvenant à modifier ou inverser leur destin familial, social et éducatif.

La reconnaissance des acquis buissonniers devient un champ de recherche scientifique qui bouleverse les systèmes éducatifs. Véritable défi, elle s’inscrit dans plusieurs mondes au sein d’un espace d’interactions entre légitimité des acquis et reconnaissance de l’expérience. Elle constitue un levier de transformation des pratiques pédagogiques et d’apprentissage tout en contribuant à la démocratisation de l’enseignement.